L’importance du lien entre bébé et parents


parents

Il ne faut pas que l’on raisonne de manière théorique à propos du bébé Parler de l’amour avec un grand « A » avant d’évoquer les liens. Le bébé a besoin de liens particuliers pour se développer. Il faut que quelqu’un l’aime et le protège. Ses parents par exemple !

Quelques expériences démontrant l’importance du lien avec ses parents

Plusieurs tristes expériences l’ont démontré. On peut évoquer celle de Frédéric II. Cet empereur allemand était persuadé qu’il existait un langage commun à la race humaine et que si l’on plaçait des nouveau-nés hors de tout environnement langagier susceptible de les influencer, ils retrouveraient en eux-mêmes, entre eux, le code de communication originel. Il chargea donc des serviteurs sourds et muets de pourvoir aux besoins strictement nécessaires de ces bébés (nourriture et hygiène) … Jamais ils ne se développèrent, jamais ils n’eurent de langage, et ils moururent dans le plus grand désarroi.

L’importance de l’attachement

Plus proche de nous, l’expérience de Loczy en Hongrie, où l’équipe médicale eut l’idée de confier des petits groupes de bébés orphelins à deux personnes seulement, auxquelles les enfants purent s’attacher. Ces petits se développement de façon excellente… Montrant que l’attachement est aussi nécessaire que la nourriture et l’oxygène, même s’il ne s’agit pas de ses parents…

Le tout-petit a besoin de stabilité et de protection

Il ne peut réagir positivement à son environnement que s’il se sent en sécurité et en a bien conscience. C’est une constatation que l’on fait en permanence dans la pratique de pédiatre.

Lorsqu’il a 3 mois

Un pédiatre peut prendre un tout-petit dans ses bras sans qu’il pleure.

À 6 mois

Il s’accroche sa mère. Si on tente de le séduire en lui tendant un objet, il ne tend pas la main vers l’étranger. Si je donne l’objet à sa mère et que c’est elle qui le propose à son enfant, alors il s’en saisit.

Vers 14-15 mois

Le petit enfant accepte de venir vers l’autre. Mais guère plus de quelques minutes, il retourne très vite vers sa mère.

Plus tard, vers 24-30 mois

En revanche, il est très confiant, il vient volontiers pour que l’on s’amuse. Le sentiment de sécurité du petit enfant nait de l’habituation, et de la connaissance qui s’ensuit, des êtres qui l’entourent. C’est dans la répétition des gestes et des actes quotidiens vécus dans l’intimité que les relations se mettent en place. Une petite promenade en poussette bébé est également un moyen de lui faire prendre conscience de l’existence du monde qui l’entoure…

À quel âge un bébé a-t-il le sentiment d’abandon ?

Si, alors qu’il a 4-5 mois, sa mère ou ses parents sont obligés de le quitter pour quelques jours, ils s’étonnent que leur petit enfant ne leur fasse pas la fête à leur retour. Généralement, la maman déclare : Il boude, il me fait payer mon absence. Son bébé n’a pas, le moins du monde l’idée de lui faire la tête, il a tout simplement besoin de temps pour la reconnaitre ! Deux ou trois mois plus tard, c’est vrai qu’il lui en voudra et le lui fera savoir. Le bébé ne pense pas que sa mère puisse l’abandonner. Toute cette terminologie laisserait entendre que le bébé est capable de pensée réflexive.

Réflexion ou attirance naturelle ?

Quand un petit enfant, même plus âgé, vers 10-12 mois, qui commence à peine à marcher, rencontre un ballon sur son chemin, il ne se dit pas : Je vais taper dedans, il donne un coup de pied car il est attiré par la forme ronde et les couleurs du ballon. Tout comme le petit chien qui va déterrer son os dans le jardin ne se dit pas : Je vais aller chercher mon os, il est poussé par une réminiscence, une représentation mentale.

La pensée réflexive

Cette représentation mentale précède la pensée réflexive. C’est très difficile pour nous, qui disposons de tout le vocabulaire nécessaire pour faire surgir une pensée, de définir la représentation mentale. D’autant qu’il n’y en a pas une, mais plusieurs… Certaines sont visuelles, d’autres auditives, tactiles, olfactives… d’autres encore superposent ces sensations ! En outre, le mot représentation nous évoque une image, alors que pour le bébé elle est comme une musique, une sensation faite de plusieurs éléments.

Le lien affectif donné au bébé peut conditionner sa vie future

En résumé, si un petit enfant ne connait pas d’attachement au cours des trois premières années de sa vie, il n’aura pas un bon développement. On parle là de l’attachement à sa mère, ses parents ou à toute personne capable de s’occuper de lui et de l’aimer. S’il n’a pas connu de sécurité affective pendant toute cette période, il risque de courir après toute sa vie. C’est pour cette raison que nous insistons tellement aujourd’hui sur l’importance des premiers liens et que nous encourageons fortement les mamans de bébés prématurés être présentes, les toucher, à les prendre le plus possible pour éviter le manque affectif.

Un bébé prématuré a besoin d’un contact quotidien avec sa maman ou son papa. Il lui faut tout leur amour, toute leur chaleur pour supporter sa condition de vie et comprendre qu’il n’est pas perdu, abandonné. Tous les bébés du monde ont les mêmes exigences et terriblement besoin d’amour.